Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clair-obscur
  • : Créé par l'association Areduc en 2007, Entre Les Lignes propose un regard différent sur l'actualité et la culture en France et dans le monde.
  • Contact

Dossiers:

Les dossiers Clair-Obscur:

Rechercher

/ / /


caravage.jpg

« Clair-Obscur », quelle douce expression aux oreilles des mesurés , réfléchis , amoureux des nuances , contemplatifs interrogateurs !

« Clair-Obscur », n’est-ce-pas aussi le nom de cette technique de peinture attribuée à Michelangelo Merisi , dit Le Caravage ?

Le voilà, la voici, cette fameuse technique illustrée dans ce grand tableau suspendu dans l’église Saint Louis des Français à Rome, ( tout au fond à gauche, faites bien le tour, il n’y a parfois personne...) Grand tableau étonnant : l’artiste envoie un rayon de lumière dans une pièce obscure éclairant ainsi les visages et les vêtements de 5 hommes assis autour d’une table , distraitement occupés à compter des pièces de monnaie … enfin, l’un semble occupé à compter - il a la tête penchée et on ne distingue que sa tignasse brune et sa manche rouge, les autres regardent les visiteurs : 2 hommes debout, juste sous le trait de lumière qui coupe le tableau, 2 hommes montrant sans conviction du doigt un barbu coiffé d’un béret noir ; celui-ci reprend le même geste pour se désigner - «qui, moi ?» et son regard surpris semble attendre confirmation ; ses voisins s’intéressent mollement : le très jeune homme au chapeau à plume blanche n’enlève pas son coude appuyé sur l’épaule de Mathieu et l’homme que nous voyons de dos ne semble se pencher vers la droite que pour équilibrer les volumes : sans ce geste il y aurait un vide disgracieux à sa place .

Alors ? On nous dit que l’un des hommes debout a une auréole autour de la tête – oui, regardez bien le mince trait de peinture claire au dessus de la tête du visiteur au collier de barbe noire : ce serait  le Christ venu chercher Mathieu  ( sans l’avoir prévenu au préalable mais ceci est une remarque « moderne ».) Que ce tableau soit considéré comme un chef-d’œuvre de l’art religieux et n’ait, à ma connaissance, jamais été remis en cause par les autorités de l’église, souligne à quel point ce mince trait de peinture, l’auréole, est essentiel ..

D’où me vient  alors cette impression que ce tableau, malgré son sujet, n’est pas religieux ?

Eh bien... ils ont tous l’air de s’en moquer : Jésus étend le bras comme dans un pas de danse, Mathieu demande si c’est bien lui que l’ « on »recherche en souhaitant à moitié qu’il y ait erreur sur la personne, le vieux à côté de lui ne lève pas les yeux et le «  comptable » du bout de la table n’a pas encore remarqué l’arrivée des nouveaux venus ; il reste le tout jeune homme à  peau lisse du centre du tableau, dont le visage, plus que celui de Mathieu, a capté toute la lumière : son regard calme et curieux semble trahir une certaine défiance envers les arrivants.

Caravage a-t-il voulu composer un tableau pieux, un de ceux qui, enfin, ne serait pas refusé par les ecclésiastiques qui le lui avaient commandé ? C’est probable, il n’avait alors que son art pour vivre et cette commande était importante pour lui. Mais si ce tableau montre avec éclat l’extrême don d’innovation et d’intuition de son auteur , son absolue maitrise des couleurs et du «clair-obscur», il révèle aussi à mes yeux son inadéquation à son époque et à ses valeurs, son incapacité à faire semblant au-delà du « minimum religieux requis » (ici le sujet même de la toile) ; Le Caravage le marginal, l’incorrect politique et sexuel, le débauché préférant peindre ses jeunes amants portant des fleurs ou des fruits que les madonnes éplorées - et là encore quand il doit le faire il se moque -, ce voyou amoureux des ombres et des  couleurs chaudes, a réussi là un tableau magnifique qui traversera les époques sans prêter le flanc à la critique… chapeau l’artiste !

Anne Bordier

Partager cette page

Repost 0
Published by